Première nuit en solitaire pour Romain

nuit seul en mer

“Une nuit en mer entre Samedi et Dimanche ça tente quelqu’un ?”
Ce sont les mots de Quentin, ministe lui aussi, sur le WhatsApp de notre pôle d’entraînement.
J’ai déjà passé pas mal de nuits en mer en double avec Léo, déjà navigué en solo lors d’entraînements à la journée mais jamais SEUL DE NUIT.
Ça peut être l’occasion. Me débarrasser de Léo. ENFIN !!

Samedi 14 Mars 12h
, je pars d’Hendaye direction La Rochelle. Sur la route quelques questions se posent :
Vais-je réussir à dormir ? Manger ? Ai-je pris assez de slips ? Tant d’interrogations….
2-3 bricoles et un routage avec Quentin plus tard, il est est 18 heures et nous voila partis pour 13 heures de navigation prévues.
Au programme ? Un grand tour de l’île de Ré avec plusieurs bouées à contourner. Départ au près en remontant contre le vent. Quelle sensation ! Je vais passer ma première nuit en mer, tout seul, sur mon petit bateau de 6 mètres 50.

19h45 : Message de Quentin à la VHF, talkie-walkie du marin : « À ce qu’il parait ils viennent d’annoncer la fermeture de tous les bars et restaurant… »
On est pas si mal en mer.

« Côtes de Bretagne, Côtes de Bretagne
de Trompette SoloSailor »

21h30 : 2ème sieste de 20minutes. Après 5 minutes, j’ai un pressentiment. Comme l’impression de ne pas avoir assez bien contrôlé les alentours avant de me coucher. Je sors et aperçois une grosse lumière à coté de moi. Je prends la VHF :
— Côtes de Bretagne, Côtes de Bretagne, de Trompette SoloSailor.
— Oui bonsoir Trompette je vous reçois.
— Bonsoir, je tenais simplement à m’assurer que vous m’aviez bien vu. Comptez-vous bien passer derrière moi ?
— Pas de soucis, nous croisons 0,25 milles derrière.
— Génial merci beaucoup, bonne soirée !
— Bonne navigation !

Plus de peur que de mal mais il va falloir que je redouble d’attention maintenant, moi qui craignais d’être trop stressé pour dormir… C’est tout l’inverse !

22h30 : L’angle du vent devient plus favorable, on dit qu’il adonne. L’occasion d’envoyer une voile plus grande : un gennaker. Tout se passe bien. C’est aux alentours de 23h30 que nous passons la première bouée. Affalé du gennaker puis envoi du spi, c’est parti pour de grandes glissades. Je dors bien entre les quelques empannages obligatoires. La nuit étoilée est incroyable. Le plancton illumine le sillage du bateau. Quel moment.

Avant-dernière bouée passée à 4h, c’est le dernier bord vers La Rochelle. Nous avons environ 15 nœuds de vent soit une petite trentaine de km/h, le bateau avance bien.
7h00, le soleil se lève. Moment magique que de laisser le bateau sous pilote automatique, sans vague, dans le calme absolu avec un petit café en regardant le lever de soleil. À ce moment-là je ne sais pas encore que ce sera le dernier en mer avant un bon bout de temps mais je savoure pleinement.
Passage du pont de l’île de Ré à 10h le bateau est amarré au ponton.

C’est fait. J’ai passé une nuit en mer, je peux me lancer sur la Mini-Transat.

“2 semaines ?! Ah c’est 2 semaines en mer ?” Bon il va peut-être falloir s’entraîner un peu plus du coup…

À très bientôt (ptiministes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *